TREIZE FILMS D'HORREUR QUE J'AI VUS AVANT L'ÂGE PRESCRIT ET QUI M'ONT LAISSE TRAUMATISE A VIE

par Lemony Snicket

Source : cet article.

Treizième place : White Zombie (1932)

Synopsis : Bela Lugosi transforme Madge Bellamy en un zombie servile et silencieux, probablement pour quelque motif scabreux.

Âge auquel je l'ai vu : Sept ans, un bon âge pour lire The Dark, le nouveau livre de Lemony Snicket à présent en magasin.

Contexte : Vu, horrifié, à la télévision avec des enfants plus âgés, tandis que nos parents, hilares, se saoûlaient dans la pièce d'à côté.

Séquelles : Déteste le groupe de musique du même nom.

Douzième place : Hush Hush, Sweet Charlotte (1964)

Synopsis : Bette Davis est rendue folle par sa famille pour des raisons trop tarabiscotées pour que je m'en rappelle précisément.

Âge auquel je l'ai vu : Sept ans.

Contexte : Vu avec mes parents à la télévision ; ai hurlé au moment où la tête de Bruce Dern dévale l'escalier.

Séquelles : Soupçonne parfois que ma propre épouse essaye de me rendre fou ; pour quelle autre raison, d'ailleurs, mettre au lave-vaisselle ma tasse de café froid qui peut encore parfaitement servir, pourquoi, POURQUOI ?

Onzième place : L'invasion des Profanateurs (1978)

Synopsis : San Francisco est envahi par des êtres visqueux, y compris Leonard Nimoy.

Âge auquel je l'ai vu : Huit ans.

Contexte : On m'a traîné au cinéma pour voir ce film. A huit ans ! Par ma mère ! Et justement à San Francisco ! L'invasion des Profonateurs. Vous savez, ce film où les monstres viennent vous attaquer pendant votre sommeil ? A huit ans ?

Séquelles : Quand ma mère se plaint de mon mauvais comportement à son égard, je lui rappelle qu'elle a osé m'amener au cinéma voir l'invasion des profonateurs alors que j'avais huit ans.

Dixième place : Love at first bite (1979)

Synopsis : George Hamilton joue Dracula, et cherche l'amour dans les discothèques de Manhattan.

Âge auquel je l'ai vu : Dix ans.

Contexte : Vu sur la télé locale. N'ai pas compris à l'époque qu'il s'agissait d'une comédie, ce qui fait que j'ai trouvé la fin assez nihiliste plutôt que romantique.

Séquelles : Ma soeur m'a prêté le DVD l'été dernier et il est tout aussi terrifiant, quoique pour des raisons bien différentes.

Neuvième place : Oxford Blues (1984)

Synopsis : Rob Lowe va à Oxford, enfin je crois.

Âge auquel je l'ai vu : Quatorze ans.

Contexte : J'avais mal lu le programme télé et cru que c'était un film d'horreur. Je l'ai donc regardé dans un suspense insoutenable, particulièrement durant la scène de la douche.

Séquelles : Quand les films que je regarde deviennent ennuyeux, j'aime à m'imaginer qu'un tueur psychopathe peut débarquer avec une hache à n'importe quel moment.

Huitième place : Momie Dearest (1981)

Synopsis : Joan Crawford est une très mauvaise mère, pas que ce soit étonnant.

Âge auquel je l'ai vu : Seize ans.

Contexte : Je l'ai vu avec ma mère, qui tout du long continuait à me dire que Joan n'était pas si méchante que ça.

Séquelles : ...Et parfois j'ajoute : "et comme si l'invasion des profanateurs ne t'avait pas suffi..."

Septième place : The Shining (1980)

Synopsis : Jack Nicholson n'aime pas trop son boulot de concierge. Il devient un peu aigri.

Âge auquel je l'ai vu : Dix-Neuf ans.

Contexte : Vu au cinéma communautaire de ma fac. Etait bourré. Ai hurlé toute la séance.

Séquelles : Parfois, des vieux amis de fac me disent "tu te souviens de cette séance de Shining, celle où le pochetron n'arrêtait pas de hurler comme une petite fille ?" et je réponds : "non, vraiment pas, je n'en ai aucun souvenir." Et en plus, ce film m'a fait détester les chambres d'hôtes.

Sixième place : Irezumi (1962)

Synopsis : Un tatoueur éxécute un immense dessin sur la peau d'une femme alors qu'elle fait l'amour à un jeune homme.

Âge auquel je l'ai vu : Vingt ans.

Contexte : Film préféré de ma petite amie de fac. Ca l'excitait.

Séquelles : A la place, j'ai épousé une fan des Parapluies de Cherbourg.

Cinquième place : Paranoiac (1963)

Synopsis : Blablable, Oliver Reed, blablabla, des trucs effrayants dans une maison.

Âge auquel je l'ai vu : Vingt-neuf ans.

Contexte : Agrippé au bras de mon épouse dans notre appartement.

Séquelles : Parfois, quand je me lève au milieu de la nuit, j'imagine que cette figure masquée se cache dans la salle de bain, prête à me tuer.

Quatrième place : Les dix premières minutes de Experiment in Terror (1962)

Synopsis : Lee Remick roule sur le Golden Gate Bridge sur une musique de Henry Mancini. Elle met sa voiture au garage et là un homme se jette sur elle.

Âge auquel je l'ai vu : Trente ans.

Contexte : Ma charmante femme : "tu es SÛR que ce n'est pas trop effrayant pour toi ?" Moi : "Attendons cinq minutes... Oh, j'avoue : c'est ennuyeux à mourir."

Séquelles : Mon amour pour Henry Mancini, mais je n'avais pas attendu ce film pour le découvrir.

Troisième place : Thomas the Tank Engine and Friends (1984)

Synopsis : Des trains ne cessent de s'asticoter.

Âge auquel je l'ai vu : Trente-six ans.

Contexte : J'entendais les gasouillements ravis et répétés de mon fils nouveau-né pendant que ma santé mentale me quittait pour ne plus jamais revenir.

Séquelles : Aujourd'hui encore, je frissonne à la simple énonciation du mot "badin."

Seconde place : Les cinq dernières minutes de Rec (2007)

Synopsis : Une femme est enfermée dans une pièce sombre avec un zombie rachitique et effrayant. Elle n'est pas heureuse.

Âge auquel je l'ai vu : Quarante-deux ans.

Contexte : J'étais malade et passais ma journée à arpenter Youtube.

Séquelles : Ai écrit à mes députés et représentants électoraux pour interdire à Youtube de traumatiser de braves concitoyens qui payent leurs impôts. Moveon.org, personne pour me soutenir ?

Première place : Les Désastreuses Aventures des Orphelins Baudelaire (2004)

Bon, je ne vais quand même pas être grossier, hein ?